Nouvelles recettes

Comment construire un plateau de Seder

Comment construire un plateau de Seder


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pensez Stock/iStock

Découvrez la signification d'un plat de seder traditionnel.

Pâque, une célébration d'une semaine qui commémore l'exode du peuple juif de l'esclavage en Égypte à l'époque de Moïse, commence le 25 mars au coucher du soleil. Le premier et le deuxième soir de la Pâque, un repas symbolique appelé seder est organisé pour raconter et se souvenir de l'histoire de la Pâque.

Une assiette de seder se trouve à la table en tant que symbole de la Pâque, qui contient des espaces destinés à contenir des aliments particuliers qui représentent différentes parties de l'histoire de la Pâque. Les assiettes de Seder peuvent être achetées dans la plupart des magasins de table, mais beaucoup sont transmises par les familles en tant qu'héritage. Si vous cherchez à acheter une assiette de seder originale et symbolique, le Jewish Museum of New York est une excellente source.

Bien que les traditions du plat du seder diffèrent d'une famille à l'autre, voici un guide général :

Maror : Une herbe amère, généralement du raifort, représente le temps amer que les Juifs ont passé en esclavage. Râpé ou en bocal, il est servi sur du matzoh.

Z'ora : Un os de jarret d'agneau symbolise l'agneau sacrificiel offert au temple de Jérusalem avant sa destruction.

Charoset : Un mélange de fruits, de vin ou de miel et de noix représente le mortier que les esclaves utilisaient pour maintenir les briques ensemble lorsqu'ils construisaient les pyramides en Egypte.

Karpas : Un légume vert, souvent du persil, symbolise le printemps. Il est trempé dans de l'eau salée pour représenter les larmes versées pendant que les Israélites étaient esclaves en Égypte.

Beitza : Un œuf dur signifie la vie et la seconde offrande présentée au temple de Jérusalem. Il est également généralement trempé dans de l'eau salée.

Consultez notre guide complet de la Pâque ici.


Comment préparer une assiette de Seder de la Pâque

Recettes de dernière minute pour votre Seder de Pâque

My Jewish Learning est un organisme à but non lucratif et compte sur votre aide

Haroset (parfois orthographié “charoset,” ou חרוסת) est un mélange de fruits et de noix pour l'assiette du Seder de Pessah. Il est parfois acidulé, toujours sucré et souvent volumineux, contenant fréquemment du vin et de la cannelle. Étrangement, ce doux symbole nous aide à nous souvenir du mortier qui servait à fabriquer les briques utilisées dans la construction des villes égyptiennes. C'était un travail éreintant, tout fait à la main.

Trouvez plusieurs recettes différentes de haroset à Pessah, y compris des variantes ashkénazes, marocaines, turques et égyptiennes, ici !

Prononcé : SAY-der, Origine : Hébreu, littéralement « ordre » généralement utilisé pour décrire le repas de cérémonie et raconter l'histoire de la Pâque les deux premières nuits de la Pâque. (En Israël, les Juifs ont un seder uniquement le premier soir de la Pâque.)


Rendez votre Seder en ligne vivant, engageant et significatif

La Pâque est une fête expérientielle, un moment où nous nous réunissons généralement avec nos proches pour célébrer notre judaïsme. Pour certaines familles, c'est la seule fois chaque année où tout le monde se réunit en personne pour partager des traditions, raconter des histoires et créer des souvenirs durables.

Mais la pandémie continue de COVID-19 de cette année signifie à nouveau que nous ne pouvons pas partager d'espaces physiques – alors que devons-nous faire ? Grâce à la technologie moderne, nous pouvons toujours nous réunir en ligne pour créer des expériences de vacances amusantes, engageantes, significatives et mémorables - ensemble.

Pourtant, même les hôtes de seder chevronnés peuvent se sentir perplexes alors qu'ils se préparent à mettre la tradition en ligne, se demandant : « Avec des invités qui regardent de chez eux au lieu de s'asseoir autour de la table ensemble, comment puis-je garder tout le monde connecté et engagé ? »

Il est temps de faire preuve de créativité. de nouveau.

Cette ressource en plusieurs parties peut vous aider à ré-imaginer vos traditions habituelles et à incorporer du contenu numérique qui animera l'interprétation virtuelle de votre seder seder de Pessah. sederim. . Du choix d'un Haggada Haggadah הַגָּדָה Littéralement, « raconter ». C'est le texte juif qui énonce l'ordre du seder de la Pâque. Pluriel : Haggadot. à dire : « L'année prochaine, à Jérusalem », chaque section comprend des idées sélectionnées et du contenu numérique (y compris des vidéos, des activités, des questions de discussion, etc.).

Choisissez ce qui vous parle afin de créer une expérience de Pâque amusante, engageante, significative et mémorable, même à l'ère de la distanciation sociale. Commençons - et chag sameach Chag Sameach hébreu pour terme signifiant "bonnes vacances". !

1. CHOISIR UNE HAGGADAH

La partie la plus importante de l'histoire est la façon dont vous raconter ça – votre cadrage, votre intention, la façon dont vous voulez que les gens se sentent…

Ces considérations vous aideront à décider quelle Haggadah vous convient - et les circonstances uniques de cette année peuvent même vous offrir l'opportunité d'en utiliser plus d'une.

    : CCAR Press partage des Haggadot à prix réduit (imprimés et en ligne), des flipbooks gratuits et plus encore pour vous aider à organiser des célébrations virtuelles de la Pâque et permettre aux invités du seder de suivre de loin. Cette année, leur magnifique nouvelle Haggadah égayera encore plus votre seder ! : Ces huit grands Haggadot ont été recommandés par les éducateurs juifs comme étant imaginatifs, accessibles et adaptés aux enfants (mais pas enfantins). : Choisissez parmi des textes classiques et des interprétations contemporaines pour créer une Haggadah personnalisée.

2. MISE EN PLACE DE L'ATMOSPHÈRE

Pessah célèbre l'histoire de l'exode juif d'Egypte. Notre célébration de cette fête est joyeuse, et le seder lui-même est destiné à partager cette histoire avec les générations, des plus jeunes aux plus âgées.

C'est l'occasion de créer une activité d'apprentissage expérientiel par excellence. Votre seder peut être amusant et interactif, inspirant des questions et invoquant des souvenirs, tout en en créant de nouveaux. Plongez dans le jeu de hasard avec le seder : débattez, célébrez, inspirez et surtout, créez du sens.

  • Vidéos du Séder : Cette année, l'Union for Reform Judaism a collaboré avec des dirigeants réformés d'Amérique du Nord et du Royaume-Uni pour fournir une série de vidéos pour accompagner vos festivités de la Pâque. Chaque vidéo dure de 2 à 6 minutes et contient des bénédictions, des chansons et des idées qui complètent parfaitement tout seder.
  • Listes de lecture de la Pâque parfaite: Utilisez ces listes de lecture Spotify organisées pour créer une atmosphère tout au long de votre seder. Ils comprennent des chansons parfaites pour vos plus jeunes participants, ainsi que des chansons préférées d'autrefois et adaptées aux familles.
  • Arrière-plans virtuels : Changez l'expérience visuelle de vos invités du seder. Vous pouvez vous en tenir à un seul ou en changer périodiquement en fonction de l'étape du séder que vous avez atteinte. : « Les Matzarables » mettront sûrement tout le monde dans l'ambiance pour l'excitation du seder ! Rejoignez des personnages familiers à fourrure pendant qu'ils chantent la Pâque sur un air qui rappelle le classique Les misérables. : C'est une excellente année pour essayer de nouvelles boissons à partager pendant votre seder. Chacun fabrique et modifie le sien, mais vous pouvez tous partager un verre ensemble. : Pas besoin de faire les choses de la même manière que vous l'avez toujours fait (à moins que vous ne le vouliez, bien sûr). Ces idées créatives et expérientielles animeront toute l'expérience du seder : Cette vidéo et cette infographie pratiques vous rafraîchiront la mémoire et vous aider à être sûr d'avoir ce dont vous avez besoin.
  • Assiette de Seder afro-américaine : Cette assiette de seder afro-américaine a été créée par Michael Twitty, un professeur de judaïsme et historien culinaire qui se concentre sur les habitudes alimentaires de l'Afrique, les Afro-Américains asservis, l'Amérique africaine et les diasporas africaines et juives. : Enseignez aux enfants l'ordre du seder en utilisant cette activité amusante et interactive. : Cette année, plus que jamais, il est important de tendre la main et de se connecter avec ceux que nous aimons. Pourquoi ne pas partager une carte postale amusante de la Pâque avec vos amis et votre famille ?

Questions de réflexion :

  • Qu'ajouteriez-vous à l'assiette du Seder comme symbole de cette Pâque inhabituelle ?
  • Quelles sont les nouvelles façons d'inviter des gens à votre seder ? La technologie? Demander ou envoyer des messages ? Remue-méninges ensemble.
  • Comment votre table inclura-t-elle les personnes auxquelles vous tenez le plus, même si elles ne sont pas avec vous en personne ?
  • Que trouvez-vous le plus excitant ou intéressant dans le seder de cette année ?
  • Quel symbole sur la plaque du Seder est le plus important pour vous ? Pourquoi?

3. KADEISH: sanctification

L'une des façons de rendre ce moment saint est de réciter la bénédiction spéciale du Kiddouch de la Pâque sur le vin (ou le jus). Nous levons la première coupe pour nous souvenir de notre sortie d'Egypte et goûter à la douceur de la liberté.

    : Aidez votre communauté à se préparer en partageant ce lien avant le seder, ce qui aidera les invités à se familiariser avec la bénédiction et à suivre. : Avec chaque coupe de vin, cette lecture nous demande de réfléchir à notre propre capacité à créer un changement rédempteur dans le monde. : S'écartant du vin rouge traditionnel des vacances, ce guide divertissant suggère des accords sur le thème des vacances pour votre seder et au-delà.

Questions de réflexion :

  • Traditionnellement, le vin est destiné à signifier la joie. Qu'est-ce qui rend ce seder joyeux pour vous ?
  • Avec quoi remplissez-vous votre verre de vin ? Qu'est-ce qui te remplit en ce moment ?
  • La liberté est le thème principal de Pessah, quelle liberté célébrez-vous ce soir ?

4. KARPAS: VERTS / LÉGUMES

La première fois que nous mangeons pendant le seder (et notre premier rituel vraiment semblable à celui de la Pâque) est le trempage des légumes verts dans l'eau salée. L'eau salée est une partie importante de notre histoire, un rappel des larmes versées pendant l'esclavage et pour les personnes asservies.

Mais tremper les greens - les premières pousses du printemps, qui reviennent toujours, que l'on assiste ou non à leur bourgeonnement - sont des signes d'espoir au milieu des temps sombres. L'espoir émerge, même mouillé de larmes.

Questions de réflexion :

  • Karpas symbolise l'espoir pour l'avenir. La tradition juive embrasse toujours l'espoir, même en période d'incertitude. Qu'est-ce qui vous fait espérer cette année ? Pourquoi?
  • Quels signes du printemps remarquez-vous aujourd'hui, où que vous habitiez ? Si quelqu'un à votre seder virtuel vit dans un autre endroit, voit-il des signes différents de la saison ?
  • Quelles expériences de votre vie vous ont donné de l'espoir ? Quand avez-vous réussi à lutter pour changer ? Qu'avez-vous appris de l'expérience?

5. MAGID : RACONTER L'HISTOIRE

L'histoire de la Pâque raconte le voyage du peuple juif de l'esclavage à la liberté, racontant l'Exode d'Égypte et décrivant chacun des objets rituels et leur objectif.

C'est à ce moment-là que nous posons les quatre questions – et puis, dans le reste du Magide, nous répondons à ces questions dans certains des éléments les plus connus du seder.

    : Voyagez à travers l'histoire de l'Exode avec la magnifique animation artistique de PJ Library et sa narration facile à suivre. : Le clip accrocheur de BimBam raconte l'histoire des frères et sœurs Moses, Miriam et Aaron et de leur dévouement familial les uns envers les autres, il comprend également la traversée de la mer des roseaux. : Dans cette vidéo amusante, de jeunes enfants racontent l'histoire de l'Exode avec leurs propres mots – avec quelques rebondissements. : L'un des éléments les plus importants du seder est notre engagement envers l'acte continu de poser des questions - un rappel de notre liberté. Voici une liste de questions imaginatives pour amener les invités à réfléchir tout au long du seder. : En utilisant le modèle de la poésie en six mots pour favoriser la narration créative, invitez vos invités à écrire les leurs et à partager avec le groupe. : Envie d'une compétition amicale ? Invitez les invités du seder à répondre à ce quiz pour voir ce qu'ils savent (et ne savent pas !) sur les vacances.

Questions de réflexion :

  • À quel moment de l'histoire de l'Exode aimeriez-vous pouvoir vous transporter et vivre avec les Israélites ? Pourquoi?
  • Où voyez-vous la bravoure dans cette histoire?
  • Pourquoi est-il important de raconter cette histoire chaque année ? Comment l'histoire d'Exodus façonne-t-elle votre vision du monde ?

6. LES QUATRE QUESTIONS

L'un des moments forts du seder est lorsque nous posons les quatre questions, généralement chantées par les plus jeunes invités du seder.

En utilisant le refrain : « Pourquoi cette nuit est-elle différente de toutes les autres nuits ? » chaque question nous amène à considérer ce qui rend ce moment de souvenir de notre sortie d'Egypte si spécial.

    : Cette vidéo animée BimBam n'est pas seulement pour les enfants ! La "balle rebondissante" aide tout le monde à suivre avec l'hébreu, l'anglais et la translittération. (Faites défiler vers le bas de la page pour la vidéo.) : Aidez tout le monde à suivre et à participer en envoyant un e-mail, en partageant l'écran ou en imprimant ce PDF simple mais précieux, qui comprend l'hébreu/l'araméen, la traduction et la translittération. : Chantez les quatre questions avec cette version mp3 et/ou encouragez les invités à suivre avec une impression des mots. Vous pouvez même faire preuve de créativité et partager vos propres images. : Dans cet encart du Seder, le clergé et les enseignants de divers horizons abordent la justice raciale à travers le prisme des Quatre Questions. : Ces questions qui suscitent la réflexion nous encouragent à considérer notre propre histoire en tant qu'immigrants et comment nous pouvons accomplir l'héritage du seder de la Pâque aujourd'hui.
  • Les Mad-Libs de Pessah : Il peut être amusant de tout mélanger un peu et de trouver de nouvelles façons de raconter l'histoire et de poser plus de questions. Ces Mad-Libs de Pessah donnent à chacun à votre seder une chance de participer à sa manière.

Questions de réflexion :

  • Le seder consiste à invoquer la curiosité. Cette année, notre seder est différent à bien des égards. Quelles sont les questions que vous posez ce soir ?
  • Quatre est un nombre clé dans la Haggadah. Pouvez-vous nommer certaines choses dans votre vie qui viennent à quatre ?
  • Il est d'usage que le plus jeune au seder pose les quatre questions. Si vous deviez créer une nouvelle tradition pour poser les quatre questions, qui choisiriez-vous pour poser les questions ? Pourquoi?

7. LES QUATRE ENFANTS

Tout au long de notre histoire, l'histoire des quatre enfants de la Pâque a suscité des conversations, des représentations artistiques, des chansons, des débats et plus encore.

Ce moment important du seder - un moment de stéréotypes et de vérités, de philosophies éducatives et de connaissances parentales - peut inviter tout le monde à une conversation sur nous-mêmes en tant qu'enfants, en tant qu'adultes et en tant que membres d'une communauté chargée de guider les nouvelles générations vers l'avenir.

    : Une animation sophistiquée et intelligente donne vie aux quatre enfants (ici appelés les quatre fils) d'une manière engageante et accessible. : Faites une incursion amusante dans «une galaxie lointaine, très lointaine», où bien-aimé Guerres des étoiles personnages illustrent chacun des quatre enfants traditionnels. : Cette pièce, qui peut être lue à haute voix ou individuellement, établit des parallèles entre les quatre enfants et la façon dont les gens envisagent le changement climatique.
  • Les quatre enfants : une haggadah de justice raciale Encart : Utilisez cette ressource pour lancer une conversation sur l'importance de la justice raciale dans le seder de la Pâque de votre famille.

Questions de réflexion :

  • Les Quatre Enfants pourraient être perçus comme quatre personnalités au sein d'une même personne. Où voyez-vous les quatre enfants se refléter en vous, votre famille et le monde ?
  • Pensez à votre émission télévisée, film, livre, etc. préférés. Quels personnages qualifieriez-vous de chacun des quatre enfants ?

8. LES DIX FLÉAUX

Notre libération de l'esclavage n'est venue qu'après de grandes souffrances de la part du peuple égyptien sous la forme des dix plaies.

Dieu a apporté les fléaux contre le peuple égyptien avec le potentiel que chacun pourrait conduire à la liberté des Israélites. Au lieu de cela, chaque fléau n'a conduit qu'à un autre jusqu'à ce que, finalement, le fléau ultime : la mort du premier-né.

Pour honorer le poids des terribles souffrances infligées au peuple égyptien, nous versons une goutte de vin pour chacune des dix plaies, chacune signifiant le coût de notre célébration.

    : Cette vidéo animée de BimBam montre et raconte aux téléspectateurs les fléaux que Dieu a envoyés sur Pharaon et les Égyptiens. : Cette réinvention moderne de Ten Plagues nous encourage à réfléchir aux problèmes du changement climatique, de la violence armée et de la réforme de la justice pénale - et nous incite à travailler pour le changement. : Ces mots émouvants sur l'expérience des réfugiés nous poussent à considérer l'histoire de notre peuple et notre responsabilité de répondre à la crise actuelle des réfugiés.

Questions de réflexion :

  • Qu'est-ce qui vous met mal à l'aise à propos des dix plaies ? Pourquoi?
  • Comment pouvons-nous comprendre la célébration de notre propre liberté à la lumière de la douleur que les fléaux ont causée aux autres ? Sur le plan personnel, comment concilier célébrer quand les membres de notre communauté souffrent ?
  • Selon vous, lequel des fléaux serait le plus facile à vivre pour vous ? Lequel serait le plus difficile ? Pourquoi?

9. CHANT «DAYENU”

Dayénou, ça aurait suffi… mais il y avait plus !

Ce moment du seder, plein de chants et de simples répétitions, peut être un rappel brutal de l'importance (et du défi) de pratiquer la gratitude, en particulier en période de stress.

Qu'est-ce qui aurait pu suffire… jusqu'à ce qu'un autre moment significatif apparaisse au tournant suivant ? Comment pouvons-nous voir notre temps de rassemblement pour le seder comme Dayénou, quand nous recevions un moment de grâce, quand peut-être pensions-nous en avoir assez ?

    : Utilisez cette vidéo captivante comme musique de fond ou comme attraction principale lorsque vous chantez la chanson classique de la Pâque lors de votre propre seder.

Questions de réflexion :

  • De quoi êtes-vous reconnaissant cette année ? Pourquoi?
  • La pandémie de COVID-19 a remodelé plus d'un an de nos vies et a eu un impact sur deux célébrations de la Pâque. Quels moments de gratitude pouvez-vous partager, même les jours où vous sentez que vous en avez assez ?
  • Tout au long de l'année dernière, qu'avez-vous appris sur vous-même et sur votre conscience de trouver de la gratitude même dans les moments difficiles ?
  • Si vous pouviez ajouter un verset à "Dayénou« Cette année, ce serait quoi ?

10. MAROR (HERBES AMERES), CHAROSET, ET KOREICH (HILLEL SANDWICH)

Dans les temps anciens, le savant talmudique Hillel mangeait de l'agneau, de la matsa et des herbes amères ensemble pour symboliser l'interdépendance de l'esclavage et de la liberté.

Aujourd'hui, nous honorons cette tradition lors de notre seder en fabriquant le célèbre koreich, également connu sous le nom de « Hillel Sandwich ». Entre deux morceaux de matsa, nous combinons le sucré jeu de char (qui représente le mortier utilisé pour construire la pyramide) et maror (herbes amères), un rappel pour ne pas oublier la relation entre l'amer et le sucré.

    : La vidéo animée de Hanan Harchol offre une introduction convaincante à l'idée de maror – que se passe-t-il lorsque nous éprouvons de l'amertume et que nous avons ensuite la possibilité de réfléchir à la manière de réagir. : Avec vos invités du Seder, écoutez cette courte histoire sur la façon de ressentir l'amertume et la douleur d'une manière qui peut être miraculeuse, bonne, belle, douce et même sainte. : Partagez cette recette avec les invités à l'avance pour un classique ashkénaze jeu de char recette… avec une petite touche Lone Star State ! : Sinon, comment pourrions-nous créer la douceur et l'amertume représentées par le sandwich Hillel ? Cette liste vous encourage à réfléchir à des combinaisons d'aliments qui pourraient créer des expériences similaires. Sondez vos invités pour voir quelles combinaisons ils voudront peut-être essayer l'année prochaine.

Questions de réflexion :

  • Nous mangeons deux fois des herbes amères avant de manger le repas. Comment la dégustation de l'amertume augmente-t-elle notre plaisir du sucré ?
  • Les maror nous rappelle l'amertume de l'esclavage. Qu'est-ce qui vous rend amer? Pourquoi?
  • Quand dans votre vie avez-vous connu l'amer et le doux en même temps ? Qu'avez-vous appris, le cas échéant, de cette expérience ?
  • Y a-t-il eu une expérience dans votre vie qui a été amère au début mais, rétrospectivement, qui vous semble douce ?
  • Que faites-vous pour passer de l'amertume à la joie et à la douceur ? Qu'est-ce qui vous aide à accepter l'amertume et à passer à la joie ?
  • Quelles sont les origines de votre favori jeu de char Recette?

11. SHULCHAN OREICH: MANGER LE REPAS

Il est enfin temps de profiter de nos repas de fête !

Au cours des dernières années, nous nous sommes peut-être assis tous ensemble et avons mangé la même nourriture autour de la même table, en nous disputant pour savoir si les boules de matsa étaient trop denses ou trop légères. Cette année, nous mangeons différents repas à différentes tables dans différents endroits, mais nous sommes toujours capables de nous rassembler en tant que communauté.

Il y a plus à faire après le repas, alors revenez plus tard pour terminer le seder. B'tayavon (et, pssst: Essayez de ne pas mâcher trop fort dans votre microphone).

    : Ce trésor de recettes comprend des plats du monde entier, vous donnant beaucoup de nouvelles idées pour votre seder et pour le reste de la semaine. Envoyez ce lien aux invités à l'avance pour les encourager à essayer une nouvelle recette cette année aussi.

Questions de réflexion :

  • Quel est votre plat principal de Pâque ? Pourquoi revenez-vous à ce plat, année après année ?
  • Partagez une histoire sur un plat sur votre table de seder.
  • Quels sont les plats incontournables de votre seder ?

12. TROUVER LE AFIKOMAN

Au début du seder, nous avons cassé la partie centrale de nos trois morceaux de matsa, en retirant la moitié et en enveloppant la plus grande section dans un tissu séparé pour servir de afikoman afikoman אֲפִיקוֹמָן "Dessert" (grec) La matsa est le "dessert" officiel du repas du Seder de la Pâque. Pendant le seder, les enfants traditionnellement "volent" et cachent l'afikoman, et il doit être racheté par le chef du seder. , la matsa "dessert" qui marquera la fin officielle du seder.

Cacher le afikoman pour les jeunes à rechercher et à trouver à la fin du seder est un moment fort de la fête - et encore un autre exemple de la façon dont les rabbins ont conçu le seder pour être interactif et expérientiel. Les enfants resteront éveillés tout au long du seder si un jeu (et peut-être un prix) les attend !

Tout au long du seder, les enfants peuvent chercher à voir s'ils peuvent attraper le chef cachant le afikoman, et quand ils auront le feu vert pour commencer à chercher, ils se précipiteront probablement pour le trouver. Typiquement, une fois le afikoman a été localisé et une dernière bénédiction a été prononcée, tout le monde partage le afikoman, puis le seder se termine.

    : Cette année, vous ne pourrez peut-être pas tous rechercher le afikoman ensemble – mais cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas vous amuser avec le rituel. Partagez cette vidéo et voyez ce que vous en pensez ! : Si vous n'avez jamais fait de matsa à partir de zéro, c'est le moment ! Les enfants adoreront aider. puis trouver le afikoman ils se sont fait.

QUESTIONS DE RÉFLEXION :

  • Bien que le afikoman représente notre libération de l'esclavage, d'autres types d'esclavage et d'oppression persistent encore aujourd'hui. Comment allez-vous vous engager à aider à libérer ceux qui sont opprimés par d'autres formes de servitude ?
  • Les afikoman nous rappelle que ce qui est cassé peut être réparé, et ce qui est perdu peut être retrouvé. Quelles sont les choses que vous espérez trouver et réparer avant de nous revoir pour le seder en 2022 ?
  • Quelle stratégie avez-vous utilisée pour trouver le afikoman? Quelles compétences avez-vous utilisées ?

13. HALLEL, ELIJAH ET MIRIAM : MOMENTS DE LOUANGE ET D'ESPOIR

L'estomac plein, nous passons quelques instants à offrir nos louanges et notre gratitude – pour Dieu et pour la liberté.

C'est aussi un moment où nous reconnaissons Miriam, une dirigeante du peuple juif à part entière, pour avoir aidé à protéger Moïse lorsqu'il était enfant et pour avoir dirigé les Israélites en chantant après avoir traversé la mer Rouge.

Nous accueillons également à notre table le prophète Elie, symbole de rédemption et annonciateur d'un âge messianique où le monde sera guéri.

    : Elie représente un espoir pour l'avenir, un temps de rédemption à venir - mais nous ne pouvons pas arriver à ce moment sans toutes les personnes faire l'œuvre de la rédemption. Écoutez cette courte histoire, puis invitez les invités à partager leurs propres histoires de petites actions qui font une grande différence. : Ce poème de Ruth H. Sohn élève la voix de Miriam, ce qui nous aide à nous souvenir du pouvoir de la croyance, des miracles et du chant.

Questions de réflexion :

  • Nous ouvrons la porte pour accueillir Elijah afin d'introduire l'espoir pour l'avenir. Que pensez-vous qu'Elie doit apporter cette année ?
  • Que ferons-nous cette année pour aider à apporter de l'espoir au monde ?
  • Que pouvons-nous faire pour partager des louanges, comme Miriam ?

14. NIRTZAH: REGARDER VERS L'AVANT

La dernière étape du seder est le chant "B'chana Habaah B'Yerushalayim (L'année prochaine à Jérusalem). Nous concluons la soirée avec espoir pour l'avenir et pour une guérison accrue dans le monde - et avec notre propre engagement à nous efforcer de créer un monde meilleur et plus complet dans l'année à venir.

C'est le moment du seder où nous chantons des chansons classiques comme "Tchad Gaya (One Kid Goat) », une allégorie de la réalité des conséquences.


Un rituel en 15 étapes : l'ordre du Seder de la Pâque, expliqué

Le Seder est la base des célébrations de la Pâque depuis des milliers d'années.

Bien que la célébration de la Pâque soit facilement personnalisable, le format de base du Seder, dont l'origine remonte aux années 300, repose sur la tradition. Le mot « Seder » signifie « ordre » et ses 15 étapes emmènent les participants à travers un rituel commémorant les histoires du livre de l'Exode, dans lequel les Juifs ont fui l'esclavage en Égypte. « L'Exode est notre histoire archétypale de Dieu en tant que Libérateur et Rédempteur », écrit le rabbin Debbie Stiel sur ReformJudaism.org. " Ici, nous apprenons que les injustices peuvent être combattues et que nous pouvons puiser notre force en Dieu. " Dirigé généralement par le chef de famille qui suit un script moderne ou traditionnel&# x2014 appelé le Haggada—le Seder offre également la possibilité aux invités de tous âges de participer. "De nombreuses familles liront simplement le Haggada de manière à tour de rôle, permettant à tous ceux qui le souhaitent de s'impliquer, donc c'est plus participatif », explique le rabbin Leora Kaye de l'Union for Reform Judaism. ou &aposL'enfant méchant.&apos"

Quant aux détails clés d'un Seder&aposs, au-delà du service ? Nourriture, boisson et décoration, bien sûr. Les plats principaux d'un repas de la Pâque peuvent varier d'une famille à l'autre et d'une année à l'autre, mais deux éléments restent cohérents : l'assiette du Seder et la matsa. L'assiette comprend six aliments, chacun représentant une partie différente de l'histoire de l'Exode : betiza, un œuf rôti, qui symbolise les traditions sacrificielles et l'arrivée du printemps maror, une herbe amère&# x2014communément le raifort&# x2014et chazeret, laitue, qui accomplissent un commandement établi dans le livre des Nombres zéroa, un os de jarret, qui rappelle le sacrifice biblique des agneaux jeu de char, un mélange de pommes, de noix et d'épices, représentant "le mortier utilisé par les esclaves hébreux pour construire des structures égyptiennes" et karpas, ou le persil, qui incorpore les influences grecques ritual&aposs.

Dans une assiette séparée, trois morceaux de matsa rappellent les pains sans levain que les Israélites ont emportés avec eux lorsqu'ils ont fui l'Égypte. La cérémonie comprend également quatre coupes de vin versées au cours de parties spécifiques du rituel, qui, selon Kaye, représentent "quatre moments de rédemption tels qu'exprimés par Dieu dans l'histoire de la Pâque de la Torah : Exode 6 :6-7&# x2014&aposJe vais vous sortir , je te sauverai, je te rachèterai, je te prendrai comme nation.


L'assiette du Seder

Raifort confit maison

Aussi tentant que cela puisse être d'acheter une bouteille de raifort préparé à l'épicerie, il est presque aussi facile de le faire à partir de zéro. Il ne faut que trois ingrédients - des morceaux de racine de raifort, un peu de vinaigre blanc pour l'empêcher de brunir et une pincée de sel - et quelques minutes de pulsation dans un robot culinaire ou un mélangeur. Préparez-le maintenant et vous pourrez l'utiliser tout au long des vacances - le condiment piquant se conservera dans un récipient hermétique au réfrigérateur pendant environ trois semaines.

Ufs durs parfaits

Faire bouillir un œuf peut sembler la tâche la plus simple, mais cela comporte un certain nombre d'écueils possibles : des jaunes crayeux teintés de vert, des blancs caoutchouteux et, pire encore, la coquille qui refuse de se retirer. Notre technique fortement testée vous évitera tous ces résultats redoutés. Pour des œufs facilement pelables, avec des blancs fermes mais tendres et des jaunes bien cuits, commencez-les dans de l'eau bouillante, puis laissez mijoter pendant 11 minutes, plongez dans de l'eau glacée et retirez la coquille sous l'eau courante. Ou, mieux encore, essayez plutôt de les cuire à la vapeur.

Charoset traditionnel ashkénaze aux pommes et aux noix

Ce charoset ashkénaze classique est si savoureux que vous serez tenté d'écharper tous les restes une fois le seder terminé, et si simple que vous pouvez commencer à le faire tout au long de l'année. Combinez des pommes en dés et des noix grillées hachées avec une tasse de vin rouge doux de Pessah, du sucre nature ou légèrement grillé et une pincée d'épices, et le tour est joué. Nous aimons utiliser un mélange de pommes sucrées et acidulées, comme une combinaison de Fuji et de Granny Smith, pour une saveur équilibrée.

Charoset à la séfarade aux fruits secs et noix

Contrairement à la version ashkénaze, le charoset de style sépharade incorpore des fruits secs plutôt que des pommes fraîches, et une plus grande variété d'épices et de noix. Le nôtre mélange un mélange de dattes, d'abricots secs et de raisins secs mijotés au vin rouge avec des amandes grillées, ainsi qu'un peu d'eau de fleur d'oranger parfumée. Hacher les noix et les fruits dans un robot culinaire accélère les choses, mais assurez-vous de laisser quelques morceaux pour la texture.


Dîner du Seder de la Pâque

La Pâque est la fête juive célébrant la libération des Juifs de l'esclavage et de la fuite d'Égypte. Bien que les traditions varient à travers le monde, les bases sont les suivantes : la fête dure au total sept ou huit jours (selon l'endroit où elle est célébrée), et la première nuit de Pessah commence par un dîner de cérémonie, appelé un Seder, où le l'histoire de l'exode est racontée.

Les coutumes gastronomiques et œnologiques d'un Seder donné sont élaborées et diffèrent selon les régions et les familles, mais certains facteurs restent constants.

    Chaque participant au Seder boit quatre coupes de vin tout au long de la soirée, à des points fixes, pour les quatre promesses de rédemption associées à l'histoire de l'exode.

L'assiette du Seder, qui comporte les éléments suivants, est fondamentale pour la table du Seder :

    Zéro, un jarret d'agneau symbolisant l'ancien sacrifice de la Pâque

Certaines traditions comprennent également chazeret, une seconde herbe amère, généralement les racines de la laitue romaine. Il faut également trois matzos (pains sans levain, symbolisant la précipitation de la fuite d'Égypte - le pain n'avait pas le temps de lever), enveloppés dans un tissu ou couverts, et brisés et consommés à des moments précis tout au long de la soirée.

Le repas réel du Seder est également assez variable. Les traditions parmi les Juifs ashkénazes incluent généralement le poisson gefilte (boulettes de poisson poché), la soupe aux boulettes de pain azyme, la poitrine ou le poulet rôti, le kugel de pomme de terre (un peu comme une casserole) et tzimmes, un ragoût de carottes et de pruneaux, comprenant parfois des pommes de terre ou des patates douces.


Voici comment je fais mon assiette Vegan Seder :

Matzoh : bien sûr il y a le matzoh, le pain de hâte car les esclaves n'ont pas eu le temps de laisser lever leur pain avant de s'échapper d'Egypte. Assurez-vous simplement d'acheter du matzoh sans œufs.

Karpas : un légume ou une herbe comme la pomme de terre, le céleri ou le persil est utilisé comme symbole du printemps. Il est trempé dans de l'eau salée pour symboliser les larmes des esclaves hébreux. J'ai tendance à utiliser du persil car j'en ai toujours un tas autour.

Maror : les herbes amères doivent nous rappeler l'amertume de l'esclavage. Cela peut être symbolisé avec de la laitue ou du raifort. Je pense que d'autres légumes verts amers tels que les feuilles de radis de pissenlit ou les feuilles de moutarde fonctionneraient également ici.

Charoset : un mélange de noix hachées, de pommes, d'agave et d'épices (voir ma recette ci-dessous). Charoset est utilisé pour symboliser le mortier utilisé pour la couche de briques qui a été fait par les esclaves hébreux. C'est quand même doux et délicieux.

Z'Roa : le jarret utilisé pour symboliser l'agneau sacrificiel. Bien sûr, il n'y aura pas d'os sur une table végétalienne, alors qu'est-ce qu'un bon substitut ? J'aime utiliser des betteraves. La couleur rouge sang des betteraves symbolise certainement le sang versé ainsi que le sang étalé sur les portes des personnes que l'Ange de la Mort devait traverser. Selon la « Haggadah pour la famille végétarienne », les olives, les raisins et les grains d'orge non fermenté peuvent également être utilisés pour symboliser les commandements de compassion pour les opprimés.

Beitza : the egg which has multiple meanings on a seder plate. It represents the second offering in the Temple as well as the mourning of the loss of the Temple of Jerusalem. Eggs are also common in spring holidays as a symbol of new life, renewal and hope. Wonderful substitutes for eggs include oranges, seeds, ripe fruit with pits and even edible flowers. I tend to use an avocado pit but I have also used oranges on my Seder plate.

Of course my Seder table is also filled with vegan delectables like these:


What Items Goes On a Seder Plate

KARPAS: A vegetable, often parsley, symbolizing spring and rebirth.

BAYTZAH: Roasted egg. The egg also represents spring and the birth of the Jewish people after they fled slavery. The roasting recalls the Passover sacrifice brought to the Temple in Jerusalem in ancient times.

CHAROSET: Typically a mixture of fruits and nuts, many families and Jewish cultures have their own versions. Symbolizes the mortar that the Israelite slaves used to make bricks.

ZEROA: Roasted bone that also represents the Passover offering. Many vegetarians use a roasted beet instead.

MAROR:Bitter herbs (often horseradish), symbolizing the bitterness of slavery.

CHAZERET: Plus seder plates have an additional place for another bitter vegetable to symbolize slavery, often Romaine lettuce.

Can’t find all of these items? Try drawing a picture of them for your plate or get creative with substitutions.

Some people also add items to their seder plates that symbolize contemporary issues related to oppression, justice and inclusion. Personalizing your plate with things you care about is an opportunity to express your family’s unique values and relationship to Passover.


What Is a Seder Plate?

Passover is celebrated as a way to commemorate the history of Jewish people. "The Passover story and the seder imparts lessons that have varied takeaways for modern-day about slavery, injustice, overcoming adversity, and standing up for what is right," says Sarna. The seder plate serves as the centerpiece of the table and has five key components, all of which symbolize something significant about the Passover story. Horseradish symbolizes the bitterness and difficulties of life as a slave in Egypt parsley celebrates the spring season a hard-boiled egg symbolizes the circle of life and a time of renewal for Jewish people a shank bone represents the sacrificial lamb and haroset, which is a sweet mixture of apples or dried fruit, nuts, and sweet wine, symbolizes the mortar that the Hebrew slaves used to build for the Egyptians.


How Is the Seder Plate Arranged?

There are a few traditions regarding the arrangement of items on the seder plate. Most commonly, the maror is placed in the middle of the plate. The hazeret is at the six o&rsquoclock position followed by, moving clockwise, karpas (seven o&rsquoclock), beitzah (11 o&rsquoclock), z&rsquoroa (one o&rsquoclock), and haroset (five o&rsquoclock).


This Passover, we are all segments of the orange on our Seder plates

This is an adaptation of our weekly Shabbat newsletter, sent by our editor-in-chief on Friday afternoons. Sign up here to get the Forward’s free newsletters delivered to your inbox. And click here for a PDF of stories to savor over Shabbat and Sunday that you can download and print.

I’m not exactly sure when I started putting an orange on the Seder plate. I do know that I was one of the legions who initially got the backstory wrong about this new custom.

I had heard that Prof. Susannah Heschel, daughter of Rabbi Abraham Joshua Heschel, had come up with the idea after some curmudgeon dismissed the idea of women rabbis by saying, “A woman on the bimah is like an orange on the Seder plate!” In fact, as Professor Heschel has written in various venues, it was a defiant response to a rebbetzin having said, “There’s as much room for a lesbian in Judaism as there is for a crust of bread on the seder plate.”

Courtesy of Dartmouth College

Professor Susannah Heschel

For me, the specific origin story is less important, because what the orange has come to symbolize is how hard it can be, at one point in time, to even imagine what “normal” might look like in the future. Even as we are putting ourselves in the shoes of our ancestors walking from slavery to freedom, the orange reminds us that the next generations will continue to evolve our customs.

My children cannot imagine a Judaism without lesbians: that would mean our synagogue without its cantor. They may well know more female rabbis than male ones. So we don’t need an orange to make room for those possibilities at our table — they are the realities of every Jewish thing we do. Instead, I see the orange as a broader symbol of the ability of our Judaism to change, to progress, without losing its essence. And of the essentialness of that progress.

A year ago, in those early, frightening weeks as the pandemic took hold, we were scrambling to navigate a Passover different from all other Passovers. How to reimagine our grandmother’s brisket recipe for a foursome instead of a crowd? Where to shop for specialty items safe from the crowd? What does a Seder for one look like? Could we create a Zoom Seder experience — and teach great-Aunt Rena how to sign on?

It wasn’t as bad as we feared. In this article, many readers shared stories of Seders that felt more meaningful, of feeling more viscerally connected to the Haggadah’s plagues and the idea of ‘mitzrayim’ — a narrow place. They were thrilled to be able to share the holiday with faraway relatives and friends.

Yes, we missed the feeling of crowding around a big table laden with food, even of gossiping over the mountain of dishes afterward. But we didn’t talk over each other as much. We prepared more and engaged with the text better.

Alongside “next year in Jerusalem,” many of us said, “next year in person.” Now, next year is here, and we are in a kind of limbo: with vaccinations picking up, but COVID cases and deaths still far too high, we are cautiously reopening and recalibrating our understanding of risk. We seem to have left the Egypt of lockdown but still feel far from the Promised Land of her immunity. We are in the Red Sea, walking to a future we still have to design.

This year, the orange on our Seder plate symbolizes hope in that uncertainty. It represents all the amazing innovations we found during this pandemic year to adapt and progress our Judaism, our work, our families and everything in between. It stands for the way Zoom shiva allowed people in faraway countries to comfort mourners, and the way college students helped homebound seniors sign up for vaccinations.

When I spoke to Heschel this week, she shared her tradition of opening and eating the orange, which I have not been doing (but will definitely start). “The first part of the Seder lasts a very long time in my house, several hours, and people are getting hungry,” she noted. “The orange freshens people up a little, gives them sugar — when I see people start to nod, I’ll say, ‘What’s different here? Why do we have the orange?’ and I tell the story.”

(Side note: I’ve been to Seders where “karpas,” the ritual eating of a green vegetable, is a substantive spread of salads and hors d’oeuvres, instead of a meager stalk of celery — it really helps.)

This, too, struck me as a perfect metaphor for our pandemic year. Those segments of the orange symbolize the concept of collective responsibility, of flattening the curve, of everyone needing to get vaccinated not only to protect themselves but to make the world safe for each other.

The Talmudic phrase, “kol Yisrael arayvim zeh bazeh” — all Israel is responsible for one another — comes to mind. We are all segments of a single orange, the orange on our Seder plates.

Watch: A Hybrid Passover

The orange was one of many Seder symbols we talked about at a Zoominar Thursday featuring Rabbi Jay Michaelson, who writes our annual Haggadah guide Marcella White Campbell of Be’chol Lashon Al Rosenberg from OneTable.org and Rabbi Elie Kaunfer of Hadar.

The experts offered many deep insights, as well as practical tips for how to approach make this unusual Passover, and all Passovers, meaningful and relevant. And many in the audience shared their own experiences and reflections via chat. Here’s a few:

DAVID FINK:“My favorite thing I’ve done at a seder is to allow people attending to submit charities as candidates to receive an $100 donation designed to give people freedom. We had discussions about freedom and how each potential recipient would help give freedom. In the end, we donated over $1,000 because others added to the pot.”

LISA LESSER:“I look at the Haggadah as the jumping off point. For some people, all they can do is read the Seder — and then, Dayenu. We we use inserts from 17 Haggadot, sing crazy songs, etc. etc. Each attempt to do this can be enough.”

MISSY LEE:“For my Zaide to soon be able to get his vaccine @ 85-plus makes him feel like freedom is on the horizon.”


Voir la vidéo: PASSOVER MUKBANG! פסח שמח. Whats On My Seder Plate?! (Octobre 2022).